A la recherche du soleil

dessin de Frank Pé

dessin de Frank Pé

Ce matin le gris du ciel touchait terre. Oscar et moi on s’est longtemps serrés sur l’appui de fenêtre, pas sûrs qu’on avait eu une bonne idée de se lever. On a déjeuné maussades et on est sortis se changer les idées.

Chaussée de Wavre, les voitures se marchent dessus et poussent les piétons contre le mur. Du bas de ses quatre roues, Oscar déguste les fumées noires. Je presse le pas, cherche une issue. Attirés par des mosaïques de couleurs criantes, nous nous retrouvons bientôt dans une petite galerie d’art de l’entrée du Matongé.

Le peintre Guilherme Mampuya qui a exécuté toutes les toiles exposées, en un mois de séjour à Bruxelles, brosse une réalité éclatée de couleurs franches et vives. Oscar est ravi de rencontrer chevaux, éléphants, hippocampes, hippopotames et autres quadrupèdes, tandis que j’aperçois dans l’entremêlement des traits, des figures mythiques ou des rois de légendes. Ici Manneken Pis cotoie un pharaon. Là, un Atomium de pâte à modeler semble relier ciel et terre. Sur la dernière toile, l’artiste dévoile son jeu : un valet, un joker, son épouse, le pape, et un ancien roi d’Angola.

On en veut encore et il y en a. Renseignés par le galeriste, nous nous retrouvons dans le bar d’à côté, à l’Horloge du Sud. Je sirote une camomille tandis qu’Oscar lèche une mignonnette de chocolat noir, en méditant sur la représentation picturale d’un sévère masque en bois d’ébène.

De flaque en flaque, on a rejoint le soleil.