Episode 10

Sous le ciel étoilé de Cureghem, j’avais eu le temps de beaucoup penser à Monique. Comme la nuit précédente, mais pas exactement dans les mêmes termes.

J’essayais de comprendre ce qui avait bien pu se passer. J’avais beau tourner l’affaire dans tous les sens, les pièces ne s’emboîtaient pas.

Ce matin, les articles des journaux m’avaient offert quelques pistes. Bien informés, leurs rédacteurs suggéraient que le casse de l’hôtel serait l’œuvre d’une bande d’origine espagnole. On citait même un nom, celui de Matéo A., truand bien connu des services de police.

Une fois assis dans le 96, je me suis dit qu’à la différence de Bernard, Monique avait pris l’avantage en misant sur un pays qui faisait déjà partie de l’Union européenne.

Tout le trajet, j’ai médité sur l’influence de la politique internationale dans la vie de tous les jours et dans la mienne en particulier. Le marché commun m’avait déjà tout pris : ma maison, mon quartier, Gisèle et les heures d’ouverture de la Citadelle de Dinant. En s’attaquant à l’hôtel, la Communauté européenne tentait maintenant de s’emparer de mes rêves.

C’était beaucoup trop.

Sans parler de l’humiliation.