Episode 6

Ce jeudi, nous étions convenus de nous retrouver à 13 heures devant ce qui restait de l’ancienne gare. Le soleil avait ramené les Européens sur la place. On les reconnaissait grâce à l’étiquette qu’ils portaient autour du cou, mais aussi à leur téléphone portable et à leurs lunettes de soleil rectangulaires. Bernard portait un tee-shirt publicitaire d’une marque de bière sur lequel était imprimé « Les hommes savent pourquoi ».

Il est venu à ma rencontre pour m’expliquer son plan :

« Du moment que tu marches avec nous, Monique est d’accord. Elle dit qu’avec un commissaire Maigret rien ne peut nous arriver, tu es comme un porte-bonheur. C’est vrai qu’on forme une bonne équipe, tous les trois, on peut dire que tu es arrivé juste à temps. »

La manœuvre qu’avait imaginée Bernard était aussi vieille que le monde militaire, elle portait des noms divers. Bernard avait choisi le sien dans une boîte à outils : la tenaille. Il prévoyait que je monte dans une chambre avec Monique. A son signal, nous descendrions avec une arme pendant que lui-même bloquerait l’entrée et informerait le patron qu’il s’agissait d’un hold-up.

Ce qui tracassait encore Bernard c’était de savoir s’il pouvait utiliser le terme hold-up.

« Cela a l’avantage d’être compris dans toutes les langues, or si le patron est vraiment grec… Mais je crois que hold-up, c’est pour les banques. Qu’est-ce que tu en penses ? »

Je n’en pensais rien.

J’essayais d’imaginer ce que Monique et moi pourrions faire dans une chambre en attendant le signal de Bernard. Surtout, sans me vanter, je me demandais si Monique n’avait pas élaboré cette histoire compliquée uniquement pour se retrouver seule dans une chambre avec moi.

C’était un peu tiré par les cheveux, mais habilement préparé : dès qu’elle avait eu connaissance du plan de Bernard, elle m’avait téléphoné, et, maintenant que j’étais là, elle pouvait accepter d’y participer. Peut-être que l’idée de faire l’amour avec moi pendant que son mari préparait un hold-up l’excitait. Après tout, Monique avait le droit d’avoir des fantasmes, comme moi.

Bernard semblait attendre une réponse. Très confiant, je lui ai dit :

« Tu peux compter sur moi, je serai à la hauteur. On ferait cela quand ?

 Demain. »

D’après la belle-sœur du prof de bulgare, le vendredi était le meilleur jour. Les salons ne désemplissaient pas. Le quartier des ministères était proche et de nombreux fonctionnaires venaient tirer un coup avant de prendre leur train.

Vendredi

Cela ne s’est pas passé exactement comme on l’avait prévu.