Et dire que l’homme se croit GRAND.

galaxie d'Andromède

galaxie d'Andromède

Petite vue

de la

galaxie d’Andromède.

En dessous, le Soleil, Mars, Saturne, Jupiter et la Terre

soleilMarsSaturnejupiterTerre

Lors de notre voyage

ma compagne

me fit remarquer

ce formidable clair de terre
Nous nous en délectâmes et prîmes un bain de poussières, gommages pour nos peaux sensibles .

clair de terre300px-Couches_de_l_27atmosphere.png Alors que je me rhabillais, ma dulcinée, férue d’astronomie m’expliqua à l’aide du graphique ci-joint les cinq couches qui forment l’athmosphère. Il faut dire que j’étais plus en admiration par ses courbosphères. La seule chose que je retins, fut la description des trous dans la couche d’ozone. Grâce à la grande intelligence du primate humanoïde, nous atteindrons plus rapidement le sol terrestre et Torremolinos. Nous arrivâmes à la troposhère, dernière couche entre l’athmosphère et la terre. Une altitude moyenne comprise entre 8 et 15 kilomètres. Zone primordiale pour l’espèce humaine puiqu’elle contient grande quantité d’oxygène, mais, est aussi le lieu des phénomènes météréologiques.la troposphère

Nous croisâmes les grandes amies des parapluies, les horribles dépressions indubitablement associées aux pluies, averses, crachins, bruines, soit le déplacement d’un liquide du haut vers le bas.
dépression athmosphèrique Nous nous renseignâmes auprès d’une escouade d’angelots quant à la localisation d’un anticyclône..ANGE.gif
ANGE.gifANGE.gif Ils consultèrent leurs cartes magnétiques, situées sous l’aile gauche et nous signalèrent en choeurs que nous devions faire demi-tour, et nous diriger vers une zone de plus de 1015 hectopascals . La plus proche étant située au-dessus des célébrissimes Açores.anticyclone, l'air diverge
Nous fûmes victimes de notre naîveté face aux mouvements des masses d’airs et nous nous retrouvâmes dans un décor où nos tenues balnéaires posèrent problèmes. Ne parlant pas le dialecte local, un argousin, nous mirent en quarantaine dans une cellule . Il faut-être probe et raison garder,la vue sur une certaine Grand-Place de cette petite ville asphyxiée était des plus avenantes pour nos deux paires d’yeux.

Hôtel de Ville sur la Grand-Place de Bruxelles. pseudo Jolanta

         

2 thoughts on “Et dire que l’homme se croit GRAND.

  1. Et dire que l’homme se croit GRAND.
    je ne pus que m’excuser auprès des lecteurs précédents.
    je ne savas plus que j’avais écrt cette barbouille et fat des corrections .

    1. Et dire que l’homme se croit GRAND.
      vous voyez,il est difficile de mettre les points sur les i…… problèmes de mon clavier vieillissant.

      il fallait donc lire : je ne puis que m’excuser auprès des lecteurs précédents, je ne savais plus que j’avais écrit cette barbouille, et j’ai fait quelques corrections.
      d’autre part, je hais la dictature de cette nouvelle technologie qui nous mène aux enfers.

Comments are closed.