Fonteneau et les voleurs ….

 » on ne vole pas les individus d’une condition égale ou inférieure à la sienne « 
Ce sont ces propos que l’on a pu lire dans l’épisode quatre de madame Fonteneau.
Voyons-nous la naissance d’une Spaggiari de la plume !!
Cette hiérarchisation du mal et de la faute, même si elle est atténuée par la suite de ses écrits me gêne.
Les  » écritures et morales  » diverses, nous enseignent :  » Tu ne voleras point « .
Je ne crois plus en grand-chose et pour preuve :
les pauvres volent les pauvres, les riches volent les riches, les pauvres volent les riches , les riches volent les pauvres.
Vous y ajoutez les indépendants,la classe ouvrière, la bourgeoisie et la noblesse, la TVA et son petit frère le fisc, ce qui nous amène au quart-monde qui aura le droit de se faire voler par le huitième en devenir.
Tout le monde vole tout le monde et tout le monde se fait voler.

PS: Thésée répond à cet article dans: art 129, et art 138