L’un pour l’autre. Les écrivains dessinent.

A l’opposé de toute séparation entre les arts et les techniques, les poètes, peintres et plasticiens travaillent sur un territoire non cartographié. Ce « nulle part », trop peu répertorié par l’historiographie traditionnelle est le lieu de la transversalité entre les langages et les formes, leur inclusion dans une seule pulsion inventive, sans hiérarchie, ni cloisonnement, ni limite. William Blake, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Charles Cros, Guillaume Apollinaire, Paul Valéry, Max Jacob, Antonin Artaud, Jean Follain, Jacques Audiberti, Henri Michaux, William Burroughs, Roland Barthes, Michel Butor, Jean Tardieu, Christian Dotremont et tant d’autres se sont illustrés, ou s’illustrent aujourd’hui dans cette zone franche, hors des idéologies et des bornes territoriales, sans autre finalité que celle du mixage créateur.

Cette exposition rendra compte, pour la première fois, de ce mouvement d’hybridation à travers les très nombreuses pièces d’archives provenant des collections de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, mais aussi d’importantes collections privées, dont celle de l’éditeur Pierre Belfond.

Conçue par le plasticien Jean-Jacques Lebel et l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, avec la collaboration du Musée d’Ixelles et du Musée Bérardo de Lisbonne, l’exposition montrera quelque deux cents pièces inédites.

Voir aussi l’article d’Ulysse 442