La Maison de l’Histoire Européenne. Quelle Histoire ?

Nature morte...

Les Institutions européennes s’imposent aux Bruxellois dans leur ville comme aux Européens dans leurs vies. La Maison de l’Histoire Européenne se veut «un passage obligé dans le programme de visite des institutions européennes». Mais quelle Histoire veut-elle nous imposer ?
Nature morte...

Un auguste comité s’est penché sur la rayonnante Maison de l’Histoire Européenne pour trouver une réponse à la sombre inquiétude apparue au sein des instances européennes au moment du referendum négatif sur la constitution européenne. Un programme muséal a été façonné avec toutes les précautions nécessaires (télécharger les lignes directrices au format pdf). Cela finit par nous donner une lecture assez pépère et consensuelle d’une Histoire européenne qui ne peut plus vraiment faire de vagues. Elle est commode cette Histoire, elle permet de faire l’impasse sur les enjeux de l’Europe contemporaine et surtout sur l’inquiétude des citoyens d’aujourd’hui, qui n’arrivent plus à comprendre ce qu’on essaye de leur raconter.

On ne nous parlera donc pas de l’Histoire de l’immigration intra-extra-européenne ou de la délocalisation industrielle qui permet de baisser le coût du travail là ou le progrès social est devenu trop cher pour un marché mondialisé.
On ne nous parlera donc pas de l’Histoire de la transformation de l’agriculture paysanne respectueuse des territoires en industrie agro-alimentaire destructrice de nos paysages et de la qualité de nos eaux.
On ne nous parlera donc pas de l’Histoire de la marche forcée, de traités incompréhensibles en traités abscons, vers un modèle de société libérale que nous ne maîtrisons pas et dont les mécanismes nous dépossèdent.
On ne nous parlera donc pas de l’Histoire de la résurgence du nationalisme et de la xénophobie, qui détruisent plus certainement ce que la rayonnante Maison peine à démontrer.

La Maison de l’Histoire Européenne que l’on nous propose est la vitrine d’un projet incompréhensible et contradictoire dont l’optimisme affiché ne pourra convaincre que les convaincus.

A la fin du parcours, on n’oubliera pas de nous servir la soupe participative en interrogeant le visiteur : «Pourquoi l’Union européenne ne parvient-elle pas à susciter un véritable enthousiasme dans la population des États membres ?» Bonne question…

  • Pour information, la réunion de la commission de concertation concernant le projet de La Maison de l’Histoire Européenne est reportée au 19 juin 2012.