Les caleçons d’Ulysse

Quel sous-vêtement drapera le corps d’Ulysse ce vendredi saint?
Trois options s’offraient à la sagacité de notre héros.
Primo, la couleur:le rouge, le bleu et le gris; deuzio:la thématique à savoir les rats, les nuages et les abeilles.

Le boxer rouge, taille M, côté face, douze rats à gauche, neuf à droite de la braguette et oh damnation deux demi-rats sur celle-ci. Le côté pile est victime d’une ratisation extrême, pas moins de trente-sept bestioles menacent le fessier héroïque. Il va de soi qu’Ulysse écartera cette solution. Le boxer bleu, taille M, côté nord neuf nuages blancs, dix à droite et deux cumulus sur la partie centrale. Au sud, une cavalcade de vingt-neuf nuages. La luminosité de ce sous-vêtement semblait trop extravagante par ce jour frileux. L’énigme du jour sera résolue par un boxer de taille M, de couleur grise, décoré harmonieusement d’abeilles souriantes. Une véritable ruche, trente-cinq côté face, un essaim de quarante-six demoiselles à l’arrière et au coeur de la ruche pas moins de six reines.
Mais au fait, à Troie, Ulysse portait-il un slip, un caleçon ou mieux encore un string?
Au quatorzième siècle AC, l’on trouva dans le tombeau de Toutânkhamon, auprès de son corps cent -quarante- cinq pagnes. Comme rien n’était porté par dessus, l’on ne peut parler de sous-vêtements. Ce pagne est plus connu sous le nom de « shanti » qui était un grand rectangle de lin. Avec les romains arrive sur le marché le « subligar » que portent les gladiateurs. Il est question d’un large rectangle de tissu de septante à nonante centimètres sur cent vingt à cent cinquante, muni d’une extrémité sur laquelle on peut fixer une corde. Il y a toute une technique pour rendre le subligar agréable à la vue des riches patriciennes.

]

Il faut que femmes sachent que jusqu’à la moitié du dix-neuvième siècle, la plupart des hommes ne portaient rien. C’était la chemise, très,très longue qui rentrait dans les jambes du pantalon et c’est de là que vient la célèbre expression « être comme cul et chemise »
Le roi de Prusse, Guillaume le premier aurait refusé à ses soldats le port du caleçon, craignant le fait de les amollir. Il me semble que ce serait une bonne initiative afin d’endurcir notre jeunesse frileuse, parole de pépé Ulysse.