Les terrasses empiètent, l’AQL s’inquiète

Depuis que le Parlement européen a élu domicile au Quartier Léopold, les cafés et les restaurants se sont multipliés sur la place du Luxembourg et alentour. Tant que la situation se limitait à celle d’un quartier animé et sympathique, il n’y avait aucune raison de s’en plaindre. Mais ces dernières années, la taille des terrasses n’a cessé de grandir, et plus récemment, des vérandas, accolées aux façades, se sont ajoutées aux terrasses, réduisant par endroits l’espace public à un couloir d’à peine plus d’un mètre de large pour les passants.

Une surenchère qui semble sans limite et qui a amené l’AQL a interpeller le Conseil communal d’Ixelles, d’autant que les façades de la place du Luxembourg sont classées. La défense du Patrimoine et de l’espace public ont toujours fait partie des préoccupations de l’AQL qui a plusieurs fois attiré l’attention d’élus de la Commune sur ces questions, sans jamais obtenir de réponses rassurantes. Le 24 mai dernier, elle a donc interpellé le Collège sur les questions suivantes :

  • Sur quelle réglementation les autorités communales s’appuient-elles pour autoriser les terrasses de café sur l’espace public de la place du Luxembourg ?
  • Les propriétaires et/ou gérants des établissements HORECA de la place l’ ont-ils tous fait les demandes d’autorisation nécessaires auprès de la Commune et/ou de la Région pour les terrasses couvertes ?
  • Ces demandes ont-elles été délivrées en respectant en tout point la réglementation ?
  • Quelles sont les conditions émises en terme de volume, d’emplacement, de taxes, etc ?
  • Ces conditions ont-elles bien été respectées ?
  • Sachant que, par Arrêté ministériel régional du 11 septembre 1992, la place du Luxembourg a été classé e par la Commission royale des Monuments et Sites «en raison de la valeur historique et artistique», la CRMS et la DMS ont-elles été consultées ?
  • Quel a été leur avis et est-il réputé conforme ?

Des réponses apportées par le Collège, il ressort que :

  • jusqu’ici, la Commune ne s’était pas posé la question des autorisations,
  • renseignement pris et s’agissant de façades classées, aucun élément, telle une véranda, ne peut s’y accrocher sans un permis d’urbanisme assorti de l’avis conforme de la Commission Royale des Monuments et Sites (CRMS),
  • Exki est le seul établissement à avoir déposé officiellement une demande de permis, refusé par ailleurs,
  • tous les autres établissements de la place se trouvent, par conséquent, dans une situation irrégulière.

Suite à l’interpellation de l’AQL, la Commune a enjoint les exploitants des cafés de la place de déposer une demande de régularisation en bonne et due forme des vérandas.

Affaire à suivre, puisque l’avis conforme de la CRMS devrait être nécessaire pour l’obtention des permis…