Mauvaises ondes

Petite phrase de la palissade

Une légère brise secoue les feuilles du journal. Seule face à une tasse de café noir, je savoure la caresse d’un soleil automnal sur la place Jourdan. Le week-end a condamné les moteurs du chantier d’en face au silence. Ce déjeuner tardif ranime les effluves du temps où Oscar n’était pas encore là, sorte d’ailleurs incompréhensible aujourd’hui.

En rentrant, mon regard heurte à nouveau l’antenne GSM perchée sur le toit d’une maison basse, très basse. Une antenne de police me certifie le voisin pas fort inquiété. La bâtisse abrite l’équipe du plan de sécurité local et toise l’école maternelle et primaire d’en face. Le Soir titre ce matin sur les nuisances de ce genre d’installation, et ce plus particulièrement sur les enfants. Oscar devrait bientôt fréquenter le prégardiennat communal qui jouxte l’école.

L’article parle aussi des effets nocifs des ondes wifi. J’ai pris un abonnement Internet ADSL, pour éviter les dites ondes et pour remettre à l’honneur le téléphone fixe. Oscar peut désormais causer aux copains sans s’abimer le cerveau. J’en profite bien aussi et me souviens de Moscou, une ville gigantesque et froide, où plutôt que de se déplacer, on passait des heures au téléphone, resté gratuit.

Pour bénéficier de cette connexion, j’ai du installer une télébox. Quelle ne fut pas ma stupeur quand j’ai compris que j’avais du coup un émetteur wifi au milieu du salon, juste au-dessus de l’espace de jeu d’Oscar (à cause de l’emplacement de la prise de téléphone). Après quelques recherches, je suis parvenue à le désactiver au bénéfice de la connexion par câble prévue initialement.

Petite phrase de la palissade

         

6 thoughts on “Mauvaises ondes

  1. Mauvaises ondes
    Il ne s’agit pas de ma poésie, mais de celle de l’AQL: la palissade de l »Homme qui court » a été érigée pour circonscrire les chantiers de la gare du Luxembourg. Dans le périodique de l’association « la vie, la ville est belle », on nous explique que cet oeuvre a été directement par le travail du photographe américain Muyhbridge sur le mouvement. « Les huit images de la palissade sont inspirées directement de ses photographies. Elles montrent bien la force et le dynamisme de la course, mais aussi que l’homme qui court accepte de se mettre en état de chute retardée: s’il trébuche, il tombe ».

  2. Mauvaises ondes
    Il ne s’agit pas de ma poésie, mais de celle de l’AQL: la palissade de l »Homme qui court » a été érigée pour circonscrire les chantiers de la gare du Luxembourg. Dans le périodique de l’association « la vie, la ville est belle », on nous explique que cet oeuvre a été directement par le travail du photographe américain Muyhbridge sur le mouvement. « Les huit images de la palissade sont inspirées directement de ses photographies. Elles montrent bien la force et le dynamisme de la course, mais aussi que l’homme qui court accepte de se mettre en état de chute retardée: s’il trébuche, il tombe ».

  3. Mauvaises ondes
    L’Homme qui court a en effet longtemps couru sur la palissade de 2,6 km qui entourait le chantier du Parlement Européen. Ancré dans le sol, il a ainsi assuré la sécurité des riverains de ce chantier pendant près de 20 ans. Aux alentours de 1999-2000, sa tête carrée (le carré dans la tête) a permis d’afficher les «petites phrases» des habitants, «et le quartier s’écrie, et le quartier s’écrit».

    Les archives de l’AQL conservent les 7 photos de Muybridge qui ont enregistré en 1879, bien avant le premier film des frères Lumière, la foulée de l’homme qui court. Nous cherchons un photographe pour rephotographier notre Homme qui court en vue d’une vidéo qui le fera à nouveau courir sur le blog d’Ariane.
    Thésée

  4. Mauvaises ondes
    L’Homme qui court a en effet longtemps couru sur la palissade de 2,6 km qui entourait le chantier du Parlement Européen. Ancré dans le sol, il a ainsi assuré la sécurité des riverains de ce chantier pendant près de 20 ans. Aux alentours de 1999-2000, sa tête carrée (le carré dans la tête) a permis d’afficher les «petites phrases» des habitants, «et le quartier s’écrie, et le quartier s’écrit».

    Les archives de l’AQL conservent les 7 photos de Muybridge qui ont enregistré en 1879, bien avant le premier film des frères Lumière, la foulée de l’homme qui court. Nous cherchons un photographe pour rephotographier notre Homme qui court en vue d’une vidéo qui le fera à nouveau courir sur le blog d’Ariane.
    Thésée

Comments are closed.