Tous au jardin de Mr. Decoene!

Le Jardin de René Decoen. Photo N. Melis.

Journée « Tous au jardin« , Marjolaine avait eu l’air enchantée quand je lui avais parlé de cette initiative champêtre. Ce dimanche 18 mai, Oscar et moi sommes donc retournés rue de Fleurus, pour accompagner Marjolaine jusqu’au jardin de Mr. Decoene, voisin de l’école Marie Haps. Le monde est petit au quartier européen.

Il était à peine 10h00 et pourtant nous n’étions pas les premiers à actionner la cloche de la demeure du maître-composteur. Il était d’ailleurs assisté d’un collègue pour faire face à l’invasion de son charmant petit coin de terre.

Le Jardin de René Decoen. Photo N. Melis.

Dans la première partie du jardin, de part et d’autres d’un chemin tortueux, différentes variétés de fleurs s’emmêlent au gré des envies de Dame Nature. Un grillage recouvert de fraîches épluchures de légumes attend sournoisement la visite des limaces. A l’ombre d’une cabane de bois, le bac à compost digère à petit feu les déchets vivants générés par le ménage, le jardin, et les étudiants d’à côté.

Oscar et les autres gamins n’ont d’yeux que pour la mare et ses poissons, qui attire les moustiques, abreuve les oiseaux et enrichit la biodiversité du jardin. Face au point d’eau, sur une vieille souche, un sac s’affaisse sous le poids d’un compost presque fait (il ne reste que quelques cloportes, il sera donc bientôt tamisé avant d’être répandu dans le jardin). Attentif aux moindres soubresauts des cycles de vie du monde vert, le collègue composteur de Mr. Decoene a repéré un cloporte colonisé par deux parasites.

Un rayon de soleil illumine le potager où grandissent des salades, des radis, des plantes aromatiques et des plants de tomates au pied d’un frêne solitaire. Son tronc étroit va chercher sa liberté au-dessus d’un haut mur de vieilles briques rouges.

Pendant que je prends une leçon de vermicompostage (méthode de compostage d’appartement). Une mésange effrontée se régale de toiles d’araignées.