who are you?

De temps en temps quand on n’a pas envie d’être deux, Oscar et moi on s’en va boire le thé au tea-room à côté de l’église. Tenu par des Marocains sur le modèle de la table d’hôte, il rassemble plutôt le troisième âge du coin, quelques fidèles de l’église voisine et, ce qui intéresse fort Oscar, un lapin blanc dans le jardin. Un endroit comme il en manque en somme, qui dérange les clichés sur la guerre des religions et l’individualisme forcené de nos villes.

Ce jour-là, j’ai été très surprise de trouver sur le comptoir, un magazine en anglais sur les femmes actives. Sans doute parce qu’il m’arrive de douter et de me dire qu’au lieu d’avoir choisi l’aventure, l’amour, le voyage et la famille (Oscar) au lieu de la carrière, me retrouvant du coup à trente ans, maman et sans le sou… j’ai empoché le magazine, en souriant à la boulangère.

Non, rien de rien, je ne regrette rien. Mais ce soir-là, alors qu’Oscar ronflait, j’ai feuilleté le-dit journal en écoutant l’émission du samedi soir sur l’amour.